Ergothérapie en pédiatrie / Favoriser le sentiment de compétence!

L'ERGOTHÉRAPIE EN PÉDIATRIE

 

Selon les études effectuées dans la dernière décennie, les services de santé et de soutien apportés aux enfants, tels que l’ergothérapie, sont beaucoup plus efficaces et apportent des impacts fonctionnels plus importants lorsqu’ils sont exécutés en partenariat avec la famille et les intervenants des différents milieux de l’enfant (Graham et al., 2009, Case-Smith, 2010, Lane & Bundy, 2012). Les services qui s’impliquent dans les environnements naturels de l’enfant, tels que l’école, la garderie et les établissements de loisirs favorisent la consolidation des compétences de l’enfant en milieu réel. De plus, cela permet de s’assurer que les stratégies proposées soient adaptées à la réalité des différents milieux (Wolery, 2000). 

 

L’ergothérapeute promeut les opportunités des jeunes à s’engager dans des activités permettant de maximiser leur autonomie fonctionnelle tout en limitant la charge de travail des parents ou éducateurs (Case-Smith, 2010). Il peut également utiliser les activités de la vie quotidienne comme objectif d’intervention pour améliorer les habiletés de l’enfant qui interfèrent avec l’exécution de ses activités. L’ergothérapeute peut aussi utiliser des adaptations de la tâche ou encore de l’environnement dans lequel la tâche est performée. 

 

C’est pourquoi, chez Ergothérapie Harmonie, les services peuvent être dispensés, selon la pertinence, dans les différents milieux naturels de l’enfant (domicile, garderie, école ou autre), en misant sur l’implication de sa famille et des intervenants qui gravitent autour de l’enfant. Les besoins exprimés par les parents, éducateurs et enseignants sont au coeur des préoccupations et sont au centre du plan d’intervention avec l’enfant. 

Ergothérapie Harmonie offre aussi des interventions de groupe en milieu de garde et en milieu scolaire afin de supporter les éducateurs et enseignants dans leurs tâches tout en favorisant le développement du plein potentiel des enfants. 

 

En effet, l’ergothérapeute est habileté à oeuvrer dans un contexte préventif et éducatif. Il enseigne alors des stratégies de résolution de problème ou guide les parents et intervenants de façon à leur apprendre à prévenir les échecs dans la performance occupationnelle des enfants. L’ergothérapeute participe au développement des routines, favorisant l’autonomie de l’enfant au quotidien et réduisant ainsi la charge des parents et intervenants (Lane & Bundy, 2012).

Le déroulement des services

 

L'évaluation initiale est généralement effectuée en deux rencontres d'environ 90 minutes chacune, en présence d'un des deux parents. L'évaluation s'effectue sous forme de jeux et d'activités, ce qui permet d'identifier et de quantifier les difficultés vécues par l'enfant et ainsi cibler les interventions requises pour maximiser le fonctionnement de l'enfant dans ses différents milieux. 

 

Les sessions d'ergothérapie sont d'une durée de 50 à 60 minutes, en présence ou non du parent. Elles sont aussi effectuées sous forme de jeux et d'activités pour les enfants plus jeunes. Pour les enfants plus âgés et les adolescents, certaines interventions sont effectuées plutôt sous forme de tutorat. Il y a aussi possibilité d'effectuer, au besoin, des ateliers d'éducation en petit groupe (par exemple pour l'enseignement des habiletés sociales ou de la gestion des émotions). 

empiler des blocs
Kids%20Playing%20Tug%20of%20War_edited.j

Références

 

Graham, F., Rodger, S., & Ziviani, J. (2009). Coaching parents to enable children’s participation: An approach for working with parents and their children. Australian Occupational Therapy Journal, 56, 16-23.

 

Case-Smith, J., & O’Brien, J. C. (2010). Occupational Therapy for Children, 6th edition: Mosby Elsevier.

 

Lane, S. J., & Bundy, A. C. (2012). Kids Can Be Kids: A Childhood Occupations Approach: F.A. Davis Company.

 

Wolery, M. (2000). Behavioral and education approaches in early intervention. In J. P. Shonkoff & S. J. Meisels (Eds.), Handbook of early childhood intervention (2nd ed., pp. 179–203). Cambridge, UK: Cambridge University Press.